Jour 18 – 21 jours pour s’aimer – Injustice et rigidité

jour18
21 jours pour s’aimer

Bonjour les Magiciens,

Aujourd’hui nous allons voir ensemble la dernière des blessures, celle de l’injustice 🙂 Vous en savez l’habitude, ici le but de la vidéo n’est pas d’être exhaustive, mais de donner des pistes pour que chacun puisse mieux se voir et donc s’aimer 😉

J’espère que vous avez relevé le défi hier de créer de quoi 😉 Si c’est le cas et que vous avez envie de partager votre expérience, n’hésitez pas 🙂

Je vous souhaite une belle journée 🙂

Oz

 

ozalee-3

COMMENT PARTAGER CET ARTICLE SUR UN AUTRE BLOG OU PAR MAIL?

– En le partageant dans son entièreté et en précisant clairement la source (article soumis aux droits d’auteurs): à savoir «Article écrit par Farah Sahbi alias Ozalee sur le blog https://voyageaucoeurdesastres.wordpress.com

– Merci pour votre soutien et vos partages :)

QUOI DE NEUF?

Découvrez les RDV Mensuels! Une occasion unique pour pouvoir soutenir mes partages!  –En savoir plus


Découvrez la méditation du Solstice d’hiver – En savoir plus

Publicités

14 réflexions sur “Jour 18 – 21 jours pour s’aimer – Injustice et rigidité

  1. Bonjour Oz,
    Dans ta vidéo, j’ai entendu que tu avais parlé de la blessure de trahison et du masque du contrôlant il y a 8 jours. Peux-tu m’indiquer quel jour parce que je l’ai habilement zappé 😉? Merci

      1. Je suis pliée de rire, j’ai cherché et je ne l’ai pas trouvé. Peut-être un signe …Merci de m’avoir mis le nez dessus, ha, ha!

  2. Touchée! Avoir ce sentiment de n’être appréciée que lorsque l’on fait et non pas lorsque l’on est! Et je me pose alors la question : et moi, est-ce que je m’apprécie autant quand je suis ou si je m’apprécie plus quand je fais? Ça fera aussi partie de mes réflexions et de mes pardons, envers moi et envers l’autre… Pas toujours facile de s’aimer (sans jugement) devant tous ces regards intérieurs. Ni d’aimer l’autre sans juger. Ouf, fatiguée aujourd’hui… j’avoue! J’aurais besoin de douceursssss. 😉

  3. C’est une blessure que j’ai réussi à dépasser, peut être prcq elle était légère ; c’est mon corps et ses rigidités qui m’ont alerté il y a quelques années 😉 je m’autorise le droit à l’erreur de mieux en mieux et je creuse systématiquement toutes les émotions qui me viennent, je n’en refoule plus aucune .
    Merci Farah 🙂 votre pendentif est très beau 🙂

  4. C’est une blessure qui est en voie de guérison. Pourtant mes parents ne sont pas autoritaires mais ils m’interdisaient beaucoup de choses pendant l’adolescence. Je ne me sentais pas libre et, effectivement j’ai passé de nombreuses années à croire que je n’avais pas le droit à l’erreur notamment dans le travail. J’ai travaillé jusqu’â
    l’épuisement !
    Maintenant j’accepte lorsque je fais une erreur ( meme si le boss n’est pas content ) . Je travaille beaucoup sur ça pour ressentir un vrai plaisir dans le travail et parce que j’étais entrain de reproduire les interdictions avec mon ado! Alors, dans la mesure du possible, au lieu d’interdire, je l’accompagne ; pour l’instant ça fonctionne mais je suis consciente qu’à 16 ou 17 ans ça va coincer ! J’ai encore du chemin à parcourir pour dépasser cela
    Merci Farah
    Á demain

    1. Bonjour Marie 🙂

      Oui l’interdiction ça marche aussi ^^. Le fait de ne pas se sentir libre tandis qu’on a «rien fait de mal».

      C’est sûr qu’une fois parent, je comprends que ça doit faire venir bouger toutes ces anciennes blessures, mais c’est beau que tu es consciente ainsi, ton ado a de la chance 😉

      Belle journée à toi

      Oz

  5. Bonjour Ozalee, merci beaucoup pour ce thème de ta vidéo qui mérite pour ma part d’être à nouveau écoutée ! car elle est riche de lumière et a fait le focus dans ma propre réalité ! Que de noeuds !! Mille mercis

  6. Je me rends compte que je rentre à 100% dans les « critères » caractérisant cette blessure, jusqu’aux rires mentionnés. Effectivement, éduquée par des parents qui, eux-mêmes, se « devaient » de tout faire bien, notamment vis-à-vis de leurs enfants. Vraiment difficile de s’accorder le droit à l’erreur. Et, par le fait, de se sentir à l’aise, libre et à sa place. Je n’aurais pas associé cela à l’injustice. Mais, maintenant, je comprends mieux. Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s